2019-Camino de Madrid_03

Je pars a 8h.
Après 20mn, je passe devant la mairie où j’aurais voulu m’arrêter hier.. 8h30 ,devant Siemens, je ne pouvais pas éviter cette photo, c’est grâce à eux que ma vie a été ce qu’elle est.

8h35 je refranchis
le M607et retrouve mon camino. A une
croisée des chemins après 20 mètres dans la mauvaise direction je reviens dans l’axe qui s’éloigne rapidement de l’autoroute et court vers la montagne. Merci au semeurs de flèches amarillas.

Par là !
Direction: la montagne.

Le paysage est brûlé par le soleil, pas de fleurs , pas d’insectes, ici on voit bien ce que va devenir notre monde. .. Excusez nous les enfants, j’ai fait de mon mieux mais ils sont trop nombreux, j’arriverai pas a vous sauver la planète. Einstein avait raison, la bêtise est infinie!

09:00 le guide dit que je passe un gué en marchant sur les blocs. J’assume, mais l’eau fait défaut.


Plusieurs passage à gué. Idem. Tout est brûlé et pas une flotte d’eau dans ce petit arroyo que je traverse souvent. La tristesse du paysage doit disparaître au printemps… j’espère! un lapin s’enfuit à mon approche.
Le Chemin dans cette vallée est sablonneux : pas trace de pas humains récentes. Beaucoup d’animaux, quelques vélos et le ciel reste d’un bleu uniforme. Le chemin s’élève et la chaleur aussi.

J’en laisse une, comme demandé…

10:00. Mon smartphone (gps, auberges du chemin,etc..) S’agite dans ma banane: c’est Juju (Fiston #3) qui m’envoie une chanson pour agrémenter mon chemin. Une chanson que je ne connaissais pas et qui m’a remis du sourire dans la tête. Ainsi je ne suis pas seul à penser ce que je pense? Ça me rassure! « bd des airs » en a fait une ritournelle que j’adopte derechef. Je vous la prête, faites-en ce que vous voulez…

https://youtu.be/AWX_IEo-818


Mais quand même, les enfants, si on savait qu’ils lisent dans nos pensées, on se méfierait plus, non?

Pas arrivé !



Maintenant le chemin monte, lentement, mais en permanence, la montagne se rapproche. J’entre dans Colmenar Viejo apres un elevage de toros. On est toujours en espagne!

Basilique

11:00 je visite la basilique,

11:15 Je prends une biere dans un bar arabe, qui remplit ma gourde d’eau fraîche!
La ville de Colmenar est simple belle et propre, comme les précédentes. Je sais pas pourquoi on n’y arrive pas chez nous.

Goutte à goutte…

12:30-12:50 la chaleur m’écrase, mes épaules ne se pas encore à la presence du sac. Je profite d’une pierre plate sous un arbre pour consommer mon sandwich chinois et vider une de mes gourdes . Toujours ça de moins a porter.


C’est la rançon d’un chemin peu fréquenté (comparé au Francès). On ne peut pas compter sur du ravitaillement en route, hors village.

Tant que j’y suis, je téléphone à Ray y Rosa, dont j’ai lu les multiples chemins parcourus et qui tiennent un gite a Manzanares. Ils m’attendront a partir de 15:30. Me voilà avec un rendez vous maintenant, je ne peux plus glander dans les poches d’ombre, faut que j’avance, en route.. Aïe, le soleil!
Descente lente dans un chemin pierreux mais descente.
En bas: un pont, dessous: de l’eau, enfin. Mais verte! Joli pont de pierres et on repart vers le haut.

15:00 , ouf,en haut! Je vois Manzanares,au pied de la montagne.

Manzanares, enfin!

Reste 1/2 h de redescente acrobatique.
15:30 arrivée au cimetière de Manzanares, à l’entrée du village, c’est la que j’ai rendez vous. J’appelle Rosa, c’est elle qui vient me chercher. Leur gite est un peu éloigné du chemin! Mais quel acceuil!! Si seulement tous les hébergeurs étaient des pratiquant des chemins vers Compostelle, comme eux, on serait des pèlerins heureux. Leur gîte est un studio en bois, équipé de quatre couchages et pleins d’attentions bienveillantes. Et leur acceuil est un moment de bien être. Ne les manquez pas si vous avez des envies de passer par ici…en pèlerins, bien sûr.

Le gîte de Ray y Rosa

Et je lave, douche, bière, pommade, blogue à foison, le suivant n’arrive que vers 18h…

Repos jusqu’au repas communautaire… et là, 2 heures de conversation sur le Camino, avec Ray et ses nombreux conseils au cours d’un repas simple, bio (leur potager), mais excellent , préparé par Rosa. J’y ai notamment goûté des piments de Galice, non piquants, et le tout arrosé de vin ‘tinto’ et d’eau gazeuse. Mon premier vrai bon repas depuis le départ.

Maintenant je peux aller reposer mes épaules.

Buenas noches .


4 réflexions sur “2019-Camino de Madrid_03”

  1. Merci Julien.pour cette chanson….
    Merci Patrice pour ce partage….
    Droit au coeur ces mots !😉
    Et j en.profite ,Patrice, pour te dire mon admiration pour cette mise à nue, cette rencontre avec toi-même , je pense qu il faut une sacrée volonté pour y arriver.
    Tes récits sont de plus très humains, vrais, directs, spontanés et bien contés. Empétrés encore dans l activité et les soucis quotidiens, Didier et moi prenons grand plaisir à te suivre🙂. Une bouffée d oxygène et des lueurs d espoir…. sur l humanité.
    Bonne route!
    Joëlle

    Joelle joëlle

    • Merci Joëlle. C’est parcequ’il y a des gens comme vous, qui écoutent, que j’écris un peu plus que ce qui fait l’essentiel du Chemin: mettre un pied devant l’autre, chercher à manger sans trop se charger et chercher à dormir sans trop se ruiner. Six à Sept heures pour cela, ça laisse pas mal de temps pour la réflexion et le soupesage de ce qui est vraiment nécessaire pour remplir le quotidien. Et puis il y a la gestation des rêves, sans lesquels notre lobe frontal serait trop grand pour ce qu’on en fait.
      Au plaisir de vous lire aussi!

    • Je les ai appelés, +34 645 908 079, et elle est venue me chercher a l,entree de la ville devant le cimetière, car c’est assez loin a pieds. Je n’ai pas enregistré leur adresse. Le lendemain, elle m’a raccompagné jusqu’au chemin.
      Leur adresse n’apparait pas sur les documents.
      Bon chemin!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*