Voie du Puy-2021-2

depart 7:30. J’ai laissé filer Vincent et Andreas pour échauffer mon corps à mon rythme car je sens bien que ma hanche droite n’a pas encore tout digéré et en quittant Monistrol, l’ascension vers Saugues est très redoutable: de 600m à 1100m dès le départ, puis redescente à 900m et on remontera finalement à 1160m a l’arrivée. Tout ça en 8h de marche et 29 km, c’est le menu du jour!

Pourtant, au début j’étais assez frais, content d’avoir gommé les douleurs de la veille.

beaucoup moins en arrivant à Chazeau le soir. Je n’ai pas osé la photo, à peine capable de rester debout. Il fait dire ça aux gens qui rêvent de partir sur le Chemin: ça fait mal! Au moins 2 ou 3 jours, mais souvent plus. La grande zénitude, c’est après, quand le cerveau a abandonné l’idée de gérer ce corps fragile pour ne se consacrer qu’à sa santé mentale et au bonheur du moment présent.

Mais pour moi, après deux jours, le thème c’est douleur.

Bien sûr, après la douche dans un gite accueillant comme ce soir chez Élodie à Chazeau. avec le calme après la lessive et le plat de Roucail- saucisse, on efface tout des huit heures de lutte pour retrouver des raisons de les faire … Mais quand- même.

Du coup, un peu centré sur ces inconvénients physiques, le paysage est passé à l’as, mais je crois qu’il n’était pas inoubliable non plus: des montées immanquablement suivies de descentes, sous un ciel gris chargé qui s’est levé l’après midi, sans vraiment devenir chaud. Peu de pèlerins sur le chemin, rien d’inoubliable donc.

sauf peut-être cette halte à Saugues:

11:00-1130. :Petit en-cas dans un petit resto vide. La tenancière (72 ans) m’ouvre son buffet et nous devisons gentiment, pendant que je me restaure, tout seuls dans cette salle vide. Elle me demandera 10 € pour un repas affiché à 15. Ce fût un vrai bon moment .

vers 14:00, arrêt repos, j’y mange la pomme du petit déjeuner des sœurs de St François, le pied droit à l’air.

Vers 15:00,J’ai remplacé mes chaussures basses par les sandales. Et à 16:15 je pousse la porte du gîte ‘la Verlange’ à Choizeau. Vincent y est déjà, la soirée de reconstruction commence, et se finira avec une machine à masser les pieds. Une drogue pour un pèlerin!

Bien sûr, dans cette campagne isolée des vicissitudes de la modernité, le Wifi n’est qu’une hypothèse, et le blog ne passera pas, même enduit de la gaulterie/ arnica de Marine. Demain je le graverai sur une lauze, le blog.

Saugues

7 réflexions sur “Voie du Puy-2021-2”

    • Coucou Marie, je t’ai mis la photo de la machine à masser les pieds, hier. Ce n’est pas très joli mais rudement efficace. Pense a t’arrêter à Chazeaux, au gîte le Virlange si tu chemines.
      Bises

  1. Bonjour Patrice,

    Je pensais à toi ces derniers jours en me demandant si tu étais déjà parti ou encore dans les préparatifs. Me voilà renseigné !

    Je te souhaite un bon chemin.

    À bientôt

    • Merci Jean. Je pense souvent à toi également, surtout que je n’ai pas encore terminé ma voie du Piémont 2020. J’espérais la faire avec toi un jour si le cœur t’en dit. Bises à toi, Maud et Fleur.
      Patrice

  2. Coucou Patrice, il faut attendre le troisième jour pour atteindre la plénitude mais en attendant 3 granules d’arnica chaque soir ça peut aider. Bises
    Coco

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*