depuis la Croatie

Retour dans le monde de l’échange.

Ca fait des mois que j’ai laissé tomber ce blog et vous savez pourquoi ?

Parceque personne n’aime lire des choses tristes, alors on évite d’en écrire.

Faut dire que le parcours n’était pas facile, non de mon fait mais à cause de ce sillon dans lequel je me complaisait alors que lui voulait m’éjecter.

Finalement, une poussée plus forte m’a jeté hors du chemin, j’ai tangué un peu, quelques temps, puis voyant que je tenais encore debout, j’ai repris la route, un peu sonné mais au fond libéré. Le désert reprenait tout le paysage, il suffisait d’avancer, je me suis mis en route.

      J’étais pas vraiment seul, les personnages du décor se sont rematérialisés progressivement autour de moi et j’ai réalisés qu’ils étaient là depuis longtemps, me regardant tomber et me relever, sans jamais vraiment s’éloigner.

    Tout cela, c’était après la Croatie.

Ah! la Croatie.  Voila des vacances qu’elles ont été bonnes !

C’est surtout la formule choisie qui a fait la différence : le partage, de tout : de l’espace du temps, des sous, des bonheurs, des galères aussi.  Oh pas vraiment des galères, ce sont resté des vacances, mais quelques aventures qui nous ont rapprochés à cause de cette unité de temps et de lieu que l’on partageait.

    Le camping sous la tente, les mots des filles, les policiers véreux, les couleurs de l’eau, la douceur des siestes au soleil, le vin rosé de Dubrovnik, l’averse à Split, le bain aux lacs de Miljet ou les cascades de Plitvice.

    Tiens, quelques photos de là-bas, pour vous faire une idée, dans l’album ‘Croatie’.

   Seulement, il y a eu le retour, et ça, les retours, faudrait prévoir de pas les faire.

Bon j’ai pris quelques coups à l’estomac qui m’ont  déstabilisé, mais l’huile de foie de morue aussi c’est pas bon, et pourtant ça fait du bien. J’ai finit par digérer et remettre mon cerveau en route. Du coup, un grand bol d’air a envahi mes pensées, chassant les croûtes qui y stagnaient : j’ai ouvert les yeux et me voilà.

Bonjour tout le monde.

 

 

 

   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*